Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1116) Pensons présent…
1116) Pensons présent…
1116) Pensons présent…

La brillance politique est l’anticipation.
La médiocrité politique est l’anticipation par la fuite.

On pense demain, car demain, on ne sera pas là.
Le scandale des avantages acquis, provient de là.
On donne un biscuit, qui se coincera dans la gorge, 30 ans plus tard.

Exemple :
- la retraite à 50 ans du cheminot, à cause de la dureté du charbon et du train à vapeur…

- les 6 meilleurs mois de retraite des fonctionnaires, dont une belle promotion, six mois avant de partir...
- etc.

Sur un mur Facebook, un appel contre la pêche à la moustiquaire à Madagascar :
" La pêche à la moustiquaire est interdite.
En pêchant de cette manière, nous scions la branche sur laquelle nous sommes assis.
En pêchant des juvéniles, nous ne faisons qu'hypothéquer notre avenir et l'avenir de notre planète.
"

C’est incroyablement vrai.
Une question ?
A-t-on pensé au présent des contrevenants ?
Plus que l’interdiction, donnons-leur un présent présent, à force de manger tous les jours, ils verront l'avenir.
C’est impossible ?
Alors, déclarons-le, sans hypocrisie.
Légiférer sur le non avenir du poisson présent, avec une personne présente, mais sans avenir, est un concept particulier.


C’est mon grand point de désaccord avec l’écologie.
Ils veulent hypocritement, par des actions futures, brimer le présent, pour offrir un futur harmonieux.
Individualiste forcené, je balaie devant ma porte, pour que le futur harmonieux ne se salisse pas les pieds.
Si 7 milliards d’individualistes balaient devant leurs portes, le futur harmonieux est assurés.
Comble de chance, il m’est agréable à moi aussi, d’avoir un pas de porte propre.
La planète est sauvée par des individualistes autos satisfaits du présent...
Ca c'est un concept qui me plait…


Une idée : empêcher, les mousquetaires de la distribution, entre autres, de racler les fonds marins malgaches, à portée des pirogues des pêcheurs, dans un accord commercial de dessous de table.
Le pêcheur malgache, retrouvant ses X kg de gros poissons quotidiens, n’enverra pas sa femme et ses enfants, racler le bord de mer à la moustiquaire.

Pour les plus citadins, j’ai remarqué qu’avec 1 € en poche, on achète son pain avec délice, sans avoir envie de le voler.
Comme dit Emilienne et son adresse Facebook : " Pieeerreee, ce n'est pas une coutume de manger que du riz et d'habiter à 10 dans une seule pièce, c'est le manque d'argent...
A dix dans une pièce, il est plus délicat de balayer, devant sa porte, le présent est brouillasseu, l'avenir bouché...

Tag(s) : #La vie à Madagascar

Partager cet article

Repost 0