Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour moi, l’image de Madagascar c’est l’océan Indien.
Comme quoi, la vision d’un pays est très subjective.
Oui, Madagascar est une île, mais une île grande comme la France et le Benelux.
Comme en France et au Benelux à Madagascar, il y a plus d'habitants dans les terres qu'en bord de mer…

Sur ces constatations subjectives, je vais parler mer.

A Diégo Suarez et ses environs
, je rencontre beaucoup de marins.
Marins en activité, marins à la retraite, l’ambiance est salée couverte d'embruns.

Diégo est un port important.
Il a toujours accueillis les marins du monde entier.
Cette année, j’ai rencontré un marin breton, eeeee, une sorte de pléonasme .
Quand il parle de son parcours, l’anticonformisme naturel me fait rêver.
Il travaille en Angola, comme approvisionneur de plateformes pétrolières.
Ca va du boulon de 12 du foret qui pénètre les entrailles de la terre, au papier cul de l’intendance journalière, le tout livré en bateau.
Un rythme de 6 semaines de travail, six semaines de récup.
Passionné de kit surf, il est domicilié à Ramena, pour être plus près de la vague idéale.
Quand il part au boulot c’est : avion pour l’Afsud, continuation sur Luanda la capitale de l’Angola, puis 4*4 brousse…
A Ramena, il part à la pêche avec les gens du coin, il a besoin viscéralement de la mer.
Je m’aperçois qu’il y a une multitude de spécialités de la mer. 
C’est grâce à lui ou part sa faute que je comprends, que je n’ai que peu de chance, de niquer un poisson au fusil sous marin 
Quand tu pars, tu dois savoir quel poisson tu cherches...
Moi, je différencie le requin, du poisson rouge, mais pas plus

Il est capable de parler des heures des bateaux de pêche de la baie, que je prends pour d'aimable barcasse...
Je pars en baie de Sakalava avec lui.
Je croise un capitaine de marine marchande.
Il laisse son tanker à Singapour six semaines, pour prendre le sel des embruns en baie de Sakalava et kiter tout son sous... Du tanker au kit, joli grand écart…
 
A Ramena, je baigne dans une ambiance mer.
C’est beau, c’est passionnant mais abstrait pour moi.

Comme toutes les activités, il y a des codes, il faut les déchiffrer.
J’en suis au stade, je sais que ça me plait, mais je n’y connais rien.
En tout cas, ça renforce mon idée : quand la nature est forte dans ses éléments, la passion l’est d’autant.
La mer, la montagne, l’air, tronc commun de toutes les passions.
Il faut juste en apprendre la langue…

Ce n’est pas l’homme qui prend la mer, c’est la mer qui prend l’homme…
Je le crois volontiers, tout comme pour la montagne, l’air… J’oserai le collectionneur de timbre…
Merci mec pour ces moments d’échanges.

Putaing quand même, Ramena – Diégo – Tananarive – Johannesburg – Luanda – 4*4 brousse pour aller bosser, ça a de la gueule et me fait rêver…
Mais ce n’est pas plus long et aventureux qu’un : Châteauroux – Melun – gare de Lyon – Genève – Chamonix - Les Grands Montets… Qui doit faire rêver, un montagnard de Ramena

Tout est relatif dans la magie des mots…
Ce n'est pas de l'aventure, c'est la banalité de la passion... Qui elle, est une aventure .
 

marin1.JPGmarin2.JPGmarin3.JPGmarin4.JPGmarin5.JPGmarin6.JPGmarin7.jpgmarin8.JPG
Tag(s) : #Voyage à Madagascar

Partager cet article

Repost 0