Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

zebudor3Longue digression critique, avant le vrai sujet, pour cette musique du samedi.
Je n’aime pas le rap.
Je n'aime pas les idées négatives mais très markettés, que véhicule se courrant d'idée... 
Un rebelle doit aller au bout de sa démarche... Et non pas : je vomis et je prends.
Le rap est la caution de l'ouverture à la culture, de la gauche caviar...
Ca permet de cacher, le néant culturel proposé...

Je n’aime pas le slam, c'est pire que le rap.
Je n'aime pas la fausseté du slam, d’une désespérance formatée.
Ca justifie la mièvre et fausse prévenance des bobos. 
Ils croient ainsi, sans y aller, que la banlieue peut être lettrée… Les cons…
Oui, la banlieue est lettrée... Elle ne peut que l'être.
La banlieue est lettrée par sa création propre.
Pas par le copié - collé faussement culturel du slam : 
- on prend un air de cocker.
- on lance deux mots, qui ne se jouent pas au scrabble.
- on hurle : whaouuu, quel regard sur la société...
Les vrais cons sont dans cette croyance .
Malik et Malade cautionnés par Juliette et un ex pianiste de... Quatre représentants du panel sociétale présenté dans l'article, quatre sacrés escrocs, bravo à eux, faut bien bouffer .

C'est à la mode hein, sur FB ça copie - colle grave.
Les citations larmoyantes commentées par un : ou là, là, qu'est ce que c'est beau, le soleil est jaune, la terre est ronde et l'eau ça mouille, si par dessus il y a l'image d'un enfant malade, vous êtes le prochain Baudelaire ...
Alors que justement, un mur est un moyen perso d'expressions...
Le slam est à la culture, ce que le pêt silencieux du bourgeois dans l'ascenseur est à la franchise... Une médiocrité.
Prenez des exemples, Renaud, mieux Pierre Perret, des textes à tomber, des revendications fortes, tu écoutes avec joies et espoirs... On appelle ça le talent.

Revenons à la musique d'aujourd'hui.
Un slam, un rap, à l’intérieur d’une mélodie structurée  
J’aime et il trouve sa place facilement, en apportant une valeur ajoutée .
Ca amène un pep's, entre deux moments forts, un plan de coupe cinématographique.
C’est facile, simple, évadant, tout ce que j’aime dans la musique.
C’est
C'est la musique du samedi, la réunion de deux mélodistes chanteurs, d’un rappeur et d’une slameuse .
Ils sont de Tamatave.
C’est Léa, une amie FB, qui me fait découvrir cette musique du samedi.
Merci toi, j’aime et relaie.
Si vous passez à Morondava et bientôt à Maroansetra  
Allez voir Léa, dans son hôtel ou son bar d'ambiance .
Regardez son mur, ben oui hein, elle capte grave la com, juste pour dire tonga soa .

Tag(s) : #La vie à Madagascar

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :