Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Emilienne et son adresse Facebook :
- Pieeerreee, si on allait une journée à Takapala
- e
eeee
- o
ui, j’y suis allé avec Jenny lors de la sortie des écoles, c’est à 10 Kms de Tamatave, sur le canal des Pangalannes, c’est super extra chouette
- o
k, je me renseigne

Tapakala, on peut y aller en bus, galère, en bateau brousse, ça prend deux jours pour l’aller-retour, en spécial, un bateau pour soi, en une journée de navigation.
Les finances me permettent ce luxe.
Après un petit dèj, chez Adam et Eve, au jus de tamarins succulent et aux beignets de pomme de terre fourrés à la viande, nous partons en cyclo pousse au port fluvial, coincé entre le port maritime et les scieries.
Il fait aussi office, de stationnement des gros poids lourds.
Un marin et un guide nous attendent.
Emilienne me dispute, car je fais bouger le bateau.
C’est un petit bateau, elle a peur qu’il se renverse, regardez la photo expressive.
Je lui explique que sur un fleuve, il n’y a pas de vague.
Ca réponse : tu me le jures hein…
La découverte au fil de l’eau est toujours, pour moi, un très grand plaisir.
Le parcours, passe par la zone industrielle de Tamatave et ses dépôts d’hydro carbure puis se ruralise et c'est de toute beauté.
Nous ne sommes qu’à 10 Kms de Tamatave, mais loin, très loin…
Nous arrivons à Takapala, petit village avec un restaurant et un hôtel en bord de plage, à 5 minutes à pieds, du canal des Pangalannes.
Nous continuons 2 Kms plus loin, pour Ambodisaina.
Village paumé, trou du cul du monde 
Au premier abord oui, mais la personne qui nous accompagne, nous explique l’histoire.
C’est le village de l’embouchure.
Naturellement, un fleuve se jette dans l’océan.
C’est là, que le général Gallieni, entre la première fois à Madagascar.
C’est là, qu’il mouille son bateau.
C’est là, qu’il a l’idée de relier l’océan, les rivières et les lacs, en un canal commerçant.
C’est là, que deux pasteurs anglais créèrent, la première école malgache.
Il reste des vestiges dans ce village, une voie ferrée démontée certes, mais dont on voit la ligne, une gare en pierre de taille, incongruité historique.

Nous partons en direction de la mer.
L’océan est époustouflant de beauté et de sauvagerie.
Des pêcheurs l’affrontent, avec leurs frêles pirogues.
Emilienne courre vers un pêcheur.
Elle ramène six poissons, les donnent à une dame, le repas de midi est bien lancé.
Repas sympa, dans une cuisine ouverte.
Poissons frit, achards papaye, riz rouge.
De Tamatave, on a amené les premiers litchis.
Les malgaches ne sont pas des dévoreurs de fruits, mais sur la côte Est, le litchi est un peu leur Beaujolais nouveau.
Tout le monde regarde et goûte avec envie et font les commentaires… Un petit goût de la fameuse banane .
Emilienne achète des aubergines, des brèdes de manioc et de patate douce…
Son appréhension du début 
Envolée .
Elle courre sur le bateau, se moque de moi quand je lui dis : arrête de le faire bouger .
Nous reprenons le cheminement.
Par un grand arc de cercle, en passant par une rivière secondaire, nous rentrons au port fluvial, en fin de journée.
Takapala est peu connu, mais alors, je le recommande.
On a passé une super journée.
En cheminant le long de la rivière, on a un sentiment d'exploration.

J’ai raté une autre balade à la journée, en partant de Tamatave : l’île aux Prune, l’îlot que l’on voit de la plage.
La location du bateau de 120 CV, 400000 ariarys la journée = 138 €, c’est trop pour moi.
C’est un inconvénient du voyage seul à Madagascar.
Les tours opérateurs ne cherchent pas à regrouper les individuels, pour une balade d’une journée, en full boat.
Si vous êtes plusieurs, si vous aimez les lagons et le snorkeling, pensez à l’île aux Prunes.

Mon parcours est fini.
Au retour, je stoppe une journée à La Réunion, pour voir en visuel, un ami Facebook virtuel.
Il part ce samedi, sur ses mêmes chemins...
J'attends son compte rendu.
Les prochains articles sont les ressentis, les rencontres, les perles du voyage, le côté intérieur du voyage.

Tarifs, pour un ariary à 2900 ariarys pour 1 €.

- cyclo pousse, 1000, 1500, 2000 ariarys, suivant la distance, centre-ville, première ceinture, deuxième ceinture de la ville, on double de nuit

- location d’un bateau de rivière 6 places et 25 CV, pour la journée : 80000 ariarys = 27,58 €
- petit dèj : thé, yaourt, jus de tamarin, 4 beignets de pomme de terre fourrés à la viande de zébu : 6000 ariarys = 2,07 €
- Repas pour deux personnes à midi : 4 poissons, achards papaye, riz rouge…
Vazaha, tu donnes ce que tu veux
C’est malin ça
Je donne royal 20000 ariarys = 6,90 €
Emilienne m’aime, pour ma générosité .

25 photos chronologiques, la vidéo de la route plus tard, les aventures dans ces endroits plus tard aussi, je suis dans la chronologie du voyage…
tapakala1tapakala2tapakala3tapakala4tapakala5tapakala6tapakala7tapakala8tapakala9tapakala10tapakala11tapakala12tapakala13tapakala14tapakala15tapakala16tapakala17tapakala18tapakala19tapakala20tapakala21tapakala22tapakala23tapakala24

Tag(s) : #Voyage à Madagascar

Partager cet article

Repost 0