Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1423) Il s’appelait Estéban…

Ce vendredi et samedi, je raconte deux crises de rire. 
Vous savez, le rire forcé, quand les nerfs craquent…
Je sais que ces gens existent. 
Je ne les avais encore, jamais croisés…

Accoudés au comptoir, deux vazahas sirotent un nième Pastis…
Ce sont deux vazahas de la cinquantaine, militaires à la retraite. 
L’un est déjà résident, l’autre est en cours d’installation…
Le discours un poil raciste, du bon temps de la colonie, dérive sur la culture.
Je transcris la conversation :
- c’est bizarre, depuis deux jours, j’ai un refrain de Johnny en tête, mais je ne me souviens pas du nom du cheval, je sais qu’il est blanc…
- ah oui, je vois ce que tu veux dire, mais c'est Nougaro qui le chante
- non, non, c’est Johnny, je l’ai vu en concert
- ah il est bon le Johnny
- ça c’est sûr, y a pas mieux
- mais le mien de cheval blanc, c'est Nougaro qui le chante
Il entonne le refrain : il s’appelait la la, c’était un cheval blanc, il était mon idooooole et moi j’avais 20 ans…
- patron, c’est la mienne, remet nous pareil
- vas-y pour un 102, ça sera fait, surenchérit le culturé…

A côté de moi, une nana profite de la connexion Wi-Fi.
Elle sent l’instant T.
Nos regards se croisent.
Nos yeux sont hilares.

La conversation se poursuit…
- 51 ou 102, ça ne me dit pas comment il s’appelle le cheval
- le nouveau migrant a l’inspiration qui fuse : il s’appelait Estéban
- ah oui c’est ça, ça sonne bien Estéban
- il s’appelait Estéban, c’était un cheval blanc, il était mon idooooole et moi j’avais 20 ans
En fait, quand je l’écoutais, j’avais trente ans annonce le culturé…

La douce jeune fille, à ce dernier mot, vomis sa limonade tellement elle rit. 
Les nerfs lâchent : et les mecs, le cheval, il s’appelle Stewball et le merdeux il a dix ans, c’est ce que dit Hugues Auffray…
Nos papys Mouseaus ne se démontent pas : Stewball, prononcez, à leurs manières, Steve Balle, ce n'est pas mal aussi, mais c’est Johnny qui chante ça…
Je rejoins la jeune fille dans l’hilarité, c’est les nerfs…

Le 102 suivant sera consacré au pragmatisme : on baise des jeunes, mais en Afrique, ce n’est pas pareil, elles aiment ça et sont habitués depuis toutes petites.
En plus de l'argent qui nourrit toute la famille, elles ont un bon lit et une douche.
Tout le monde trouve son compte, elles le disent, le blanc est plus doux et romantique que le noir…


Quand je vous dis, qu’il faut perdre du temps, pour choper un instant T...
Je ne sais pas, si j'ai bien moqué cette histoire. 
J'espère, simplement, vous convertir à la nécessité de prendre du temps, pour découvrir l'instant T, l'épice merveilleuse du voyage…

Mes illustrations sont un hommage rigolant à Stewball...

Tag(s) : #Voyage à Madagascar

Partager cet article

Repost 0